Selon l'auteur Andrew Keen, le web 2.0 serait comparé à une bande de singes jouant sur des claviers.